Accueil Actualités vie municipale et citoyenne Propos de JL Pagès, conseiller régional EELV

Propos de JL Pagès, conseiller régional EELV

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre.

La réaction du Maire de Limoges

Le maire de Limoges Émile Roger Lombertie a pris connaissance des déclarations de Jean-Louis Pagès, conseiller régional EELV Nouvelle-Aquitaine ce matin sur l’antenne de France Bleu limousin, dans lesquelles il mettait en cause de manière indigente l’actuelle politique d’urbanisme de Limoges.


Conscient que l’éloignement du terrain local de cet élu régional, doté d’un certain engouement personnel à donner des leçons d’écologie à la terre entière sans jamais prendre part aux responsabilités, le maire de Limoges souhaite lui rappeler quelques évolutions majeures dont il ne s’est de toute évidence, pas tenu informé.


Comparativement au Plan local d’urbanisme (PLU) de la précédente majorité socialiste auquel monsieur Pagès s’était associé, le projet de PLU de l’actuelle municipalité a pris l’option courageuse de rétablir une approche plus respectueuse des équilibres écologiques du territoire limougeaud. Ainsi l’actuel projet de développement urbain, qui est soumis à l’enquête publique, propose :

•     une baisse de la surface urbaine actuelle de - 4 % (- 190 ha) et une baisse de la surface future à urbaniser de - 79 % (- 524 ha) au profit d’une hausse conséquente des surfaces naturelles de + 10 % et agricoles de + 59 % ;
•     une hausse de la surface des espaces verts protégés et des espaces boisés classés de + 17 % soit une augmentation de 174 ha.


Le maire de Limoges souhaite rappeler que l’actuelle majorité est à l’origine de plus d’initiatives en matière de développement durable que les précédentes municipalités. Beaucoup d’effets d’annonces avaient été faites par ces derniers pour amadouer leurs tumultueux affidés écologistes, mais sans jamais engager une quelconque réalisation.


L’actuelle équipe peut s’enorgueillir de réalisations très concrètes comme par exemple : le remplacement du parc automobile par des véhicules électriques, la mise aux normes des bâtiments, la lutte contre les perturbateurs endocriniens dans les crèches et dans les écoles,
les jardins partagés (dont plusieurs d’entre eux sont à l’ordre du jour du prochain conseil municipal), la création d’une biosphère à Uzurat, la construction d’écoquartiers.

Sur ce dernier point, il est assez incroyable que Limoges ne se soit pas dotée jusqu’alors d’éco-quartiers à l’instar de la majorité des villes françaises depuis plus de 10 ans. Le projet d’écoquartier des Portes-Ferrées, labellisé depuis le 30 mars 2018 par le ministère de la Cohésion des territoires, fait l’objet d’une large concertation auprès des habitants dans le cadre d’une démarche participative. Il témoigne d’une vision pour la ville qui vise à restructurer un quartier autour d’un parc urbain paysager en le reliant aux bords de Vienne et au centre-ville et à le doter de logements et d’équipements publics permettant à leurs habitants une réelle maîtrise de leurs dépenses énergétiques.


L’actuelle majorité municipale ne saurait donc recevoir de leçons en matière de défense environnementale, de la part de ceux qui depuis des années n’ont pas réussi à apporter la preuve de leur réelle volonté d’agir dans ce domaine.


La ville de Limoges utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service. En continuant, vous acceptez de recevoir les cookies sur les sites de la ville de Limoges.

En savoir plus