Conseil municipal

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre.

Rythmes scolaires, budget primitif 2018 et « SRADDET » pour le dernier conseil de l’année.

Si le budget primitif a incontestablement constitué le dossier majeur du dernier conseil municipal, les élus ont examiné et voté une série de délibérations. Tour d’horizon


Rythmes scolaires

Le ministre de l’éducation a donné la possibilité aux villes qui le souhaitent de revenir à la semaine de 4 jours pour les écoles du cycle élémentaire. Vincent Jalby explique que la ville de Limoges, avant de prendre une décision dans le sens du maintien ou de la suppression du système actuel de 4,5 jours, a procédé à une large consultation auprès de l’ensemble des acteurs de la communauté éducative. Un questionnaire a été adressé à cet effet aux conseils d’école en octobre. Sur les 64 écoles consultées, 61 ont rendu un avis d’où il ressort que 54 % des conseils estiment que les enfants sont moins concentrés avec la semaine de 4,5 jours et 71 % qu’ils sont plus fatigués.
Au total, 69 % des conseils demandent un retour à la semaine de 4 jours. Une délibération en ce sens sera donc proposée au prochain conseil pour entrer en application à la rentrée scolaire 2018.


Budget

Le budget primitif de la Ville – 211 millions d’euros, fonctionnement et investissements confondus - a été adopté. Les chiffres de ce budget sont mentionnés dans la page ci-contre. En les présentant, le maire a insisté sur trois politiques et trois investissements qui mobilisent 23 % du budget global de la ville (hors frais de personnel) en 2018. Les trois politiques : Jeunesse pour 16,6 millions d’euros ; Culture et patrimoine pour 9,6 M€ et Sports (hors stade de Beaublanc) pour 7,5 M€. Les trois investissements : Halles centrales pour 2,1 M€, Place de la République pour 1,8 M€ et stade de Beaublanc pour 10,6 M€ (soit 25% de la capacité d’investissement de la ville en 2018).

Le stade a représenté 39 % de l’effort d’investissement de la Ville en 2017 et encore 25 % en 2018.


Schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires (SRADDET)

Ce schéma de développement est élaboré par la région Nouvelle-Aquitaine qui invite les grandes villes de son territoire à apporter leur contribution. La ville de Limoges demande un modèle de développement fondé sur le polycentrisme urbain, en d’autres termes sur un développement équilibré entre les villes du territoire néo-aquitain et non sur celui exclusif de Bordeaux. à cet effet, la Ville demande des efforts significatifs d’accessibilité, notamment sur la ligne de chemin de fer POLT de façon à porter le parcours Paris-Limoges à 2 h 30, contre 3 h 10 aujourd’hui ainsi que la mise en place d’une OSP (obligation de service public) aérienne Limoges Orly et Limoges-Lyon de façon à développer à moindre coût le trafic aérien. Dans le domaine des infrastructures, la Ville demande la mise à 2 x 2 voies de la RN147 Limoges-Poitiers et de la RN21 entre Limoges et Tarbes. Enfin, la Ville demande expressément un moratoire sur l’implantation des grandes surfaces commerciales en périphérie, le maintien de l’emploi administratif en centre-ville, et le renforcement des dispositifs financiers et fiscaux de nature à favoriser la revitalisation des centres-villes notamment par la requalification de l’habitat ancien.


Urgence POLT

La ville adhère à l’association Urgence POLT, créée en 2010 à Brive dont l’objet est de promouvoir et défendre la modernisation et l’amélioration des infrastructures, du matériel, des dessertes et du cadencement de la ligne Paris-Orléans-Limoges-Toulouse.


Habitat indigne

La ville va signer avec la Caisse d’Allocations Familiales une convention afin de renforcer la lutte contre l’habitat indigne et non-décent.


Calendreta lemosina

Le conseil aligne la contribution forfaitaire de la ville au fonctionnement de l’école sur le tarif accordé aux autres écoles privées et selon les mêmes conditions d’attribution. Le forfait est donc fixé à 702,47 euros par an et par enfant pour l’année civile 2018.


Conventions d’objectifs

Le conseil vote plusieurs conventions d’objectifs permettant l’attribution de subventions à plusieurs grands clubs sportifs. CSP : 600.000 euros ; USAL : 403.750 euros ; LH 87 : 266.000 euros ; LFC : 240.000 euros ; LABC : 100.000 euros ; ASPTT : 116.450 euros ainsi que plusieurs subventions à d’autres clubs (liste complète publiée dans VAL de décembre 2018).


Exposition
Un groupement de commandes est constitué entre les villes de Limoges, La Rochelle, Roubaix et Agen afin d’organiser une grande exposition des œuvres de Gustave Guillaumet à l’été 2018.



Prochain conseil municipal le 31 janvier


Motion d’urgence présentée par les élus de la Majorité Municipale
relative aux menaces de suppression de la cour d’appel de Limoges



Depuis plusieurs semaines, l’inquiétude grandit sur l’avenir de la cour d’appel de Limoges. Un débat citoyen, initié par les avocats du barreau de Limoges, a rassemblé plusieurs centaines de personnes autour des bâtonniers de Brive, Guéret, Limoges et Tulle ou de leurs représentants. La cour d’appel de Limoges représente un échelon judiciaire de territoire qu’il convient de préserver pour garantir une justice rapide, efficace et accessible. Sa suppression allongerait les délais de jugement au regard de l’encombrement de la cour d’appel de Bordeaux.

Au-delà, le Conseil municipal de Limoges attire l’attention de Madame la Ministre Garde des Sceaux sur la profonde rupture de confiance entre les Limousins et la justice que représenterait une réforme portant atteinte à tout ou partie de la Cour d’Appel de Limoges. Cette réforme serait vécue comme une injustice et contribuerait à accroitre le sentiment d’abandon ressenti par la population du Limousin à la suite de la dissolution de l’ancienne région au sein de la Nouvelle-Aquitaine.

Le Conseil municipal demande en conséquence à Madame la Ministre de la Justice, Garde des Sceaux, de maintenir à Limoges une cour d’appel de plein exercice, garante du bon fonctionnement de la justice en Limousin.

Cette motion a été votée à l’unanimité par le Conseil municipal.

 

 

Le budget primitif de la Ville de Limoges en 2018

Voté lors du Conseil municipal du mois de décembre, le budget primitif a pu être adopté avant 2018, permettant ainsi aux services de la ville de connaître leurs marges de manœuvre et d’organiser leurs projets dès les premiers mois de l’année en cours. Dans un budget prévisionnel de 211 042 959 euros, la Ville poursuit ses investissements pour Limoges avec une enveloppe de près de 40 millions d’euros.

 


La ville de Limoges utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service. En continuant, vous acceptez de recevoir les cookies sur les sites de la ville de Limoges.

En savoir plus