Accueil Actualités Nouvelle année

Actualités

Publiée le 29 Décembre 2017

vie municipale et citoyenne

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer à un ami

Nouvelle année

Les voeux d'Emile Roger Lombertie, Maire de Limoges

 

 

Mes chers concitoyens

Le passage d’une année à l’autre constitue généralement pour chacun d’entre nous l’occasion de faire le point. Le bilan de l’année qui vient de s’achever se juge à l’aune des réussites mais aussi des échecs : nous en tirons les leçons et en profitons pour nous investir afin de construire l’année qui s’annonce.
Qu’en est-il pour votre maire ? Il peut s’appuyer sur une équipe municipale mo-tivée et une administration mobilisée, toutes deux dévouées à Limoges et à ses habitants. Une ville est un vaisseau lourd à administrer : seul l’intérêt final de la population y est important. Il est fait de décisions à la fois quotidiennes et d’autres qui engagent l’avenir à terme et ne se prennent qu’après des périodes de concertation et des études de faisabilité. Une fois prises, il faut un temps supplémentaire de préparation de la mise en œuvre avant que ces décisions ne produisent les effets escomptés.
Le temps de l’administration municipale et politique n’est assurément ni le temps de chacun d’entre nous, ni celui des médias.

Commençons par le plus regrettable : aujourd’hui  la ville se  pose deux questions sur le fonctionnement de l’agglomération Limoges Métropole.
Une question de fond tout d’abord : qu’on le veuille ou non, l’une des missions principales de l’agglomération - le développement économique - est insuffisamment assurée. Un classement national paru en août dernier plaçait Limoges en 104e position (!) sur 113 villes recensées en France pour la création d’entreprises. C’est un exemple, il y en a d’autres.
Une question de méthode ensuite. La ville a demandé à plusieurs reprises qu’un bilan de territoire soit établi à partir duquel un projet global pour nos 20 communes pourrait être discuté afin qu’un plan d’action, réellement concerté, soit établi. Je l’attends toujours.
Ce sont deux exemples. Mais ils démontrent qu’envisager l’avenir ne pourra se bâtir que sur une gouvernance profondément modifiée et que cet avenir devra se faire avec Limoges et non contre Limoges, comme c’est le cas actuellement.
Cela dit, je note également avec intérêt que le Président de l’agglomération a changé d’avis sur le passage de la communauté d’agglomération en Métropole de plein exercice et qu’il envisage depuis très récemment de l’étudier. C’est un signal positif très encourageant.
Le désenclavement de notre territoire : j’y ai consacré de nombreuses heures de négociations dans différents ministères, rien n’est hélas acquis, mais depuis bien longtemps il est permis d’espérer : une vaste coalition d’élus de tout le territoire desservi s’est mobilisé pour une liaison ferroviaire de qualité avec Paris. Nous soutenons activement la mise en œuvre de lignes aériennes améliorées pour Orly et Lyon-Saint-Exupéry à partir de l’aéroport de Limoges-Bellegarde. Enfin l’avenir de la N 147 reste bien aléatoire, les retards accumulés seront longs à surmonter.
Il y a aussi les décisions prises à contrecœur mais que j’assume. J’avais promis de ne pas augmenter les impôts, j’ai été contraint de renier ma parole. Contraint par la baisse inouïe des dotations de l’Etat – moins 30 millions d’euros cumulés sur quatre ans -, contraint également par les malfaçons du demi-stade de Beaublanc, le surcoût direct et le retard qu’elles ont entraînés, cela sans compter les interrogations qui subsistent sur l’utilisation de cet équipement bancal. Un fiasco coûteux donc et, pour la ville de Limoges, un « ratage » qu’elle risque de subir pendant de longues années encore.

Pour autant, l’année 2017 a vu de nombreuses réalisations municipales se concrétiser. En vrac, un peu à la manière de Prévert : la naissance de l’épicerie sociale et éducative pour accompagner les projets de nos concitoyens les plus fragiles, la fin de la réfection des rues piétonnes du centre-ville, la réouverture du restaurant scolaire Montmailler et la rénovation de celui de La Bastide ; à la Bastide toujours, le début, sous la conduite de la ville, d’une opération qui va littéralement transformer le quartier ; la mise en place d’un « street work out » pour les jeunes à Beaubreuil, la réouverture du CCM John Lennon après d’importants travaux, le lancement d’un agenda culturel bimestriel distribué dans tous les foyers limougeauds avec « Vivre à Limoges », la métamorphose de la halle Carnot, la poursuite des études d’aménagement pour la place de la République et les bords de Vienne, la rénovation du patrimoine municipal, qu’il s’agisse des écoles de nos enfants ou des monuments de notre ville, à l’image de la fontaine de la place de la mairie, de l’hôtel de ville…etc, etc.

Maintenant, regardons devant nous. En 2018, nous allons terminer Beaublanc justement et tenter de lui trouver cette utilité à laquelle nos prédécesseurs n’avaient pas réfléchi… De notre côté, nous y travaillons d’arrache-pied.
En 2018, nous commençons également deux chantiers importants :
-    la rénovation de la place de la République qui va débuter par les travaux de mise en sécurité du parking souterrain
-    la transformation des halles centrales de la place de la Motte. Dans les deux cas, c’est de la vitalité du centre-ville - et donc de la ville dans son entier - qu’il s’agit.
Parallèlement, nous continuerons d’œuvrer pour nos concitoyens de la Bastide et commencerons notamment la construction de l’EHPAD Marcel-Faure. Nous continuerons également d’investir pour nos écoles et pour la santé de nos enfants.
La politique « ville santé citoyenne » mise en place il y a trois ans  lutte contre les perturbateurs endocriniens, les mauvaises habitudes alimentaires et les facteurs allergènes  va être intensifiée : aujourd’hui Limoges est en pointe dans ces domaines qui concernent notre santé au quotidien.
La sécurité reste toujours notre préoccupation avec la création d’une nouvelle brigade,  la poursuite des recrutements de policiers municipaux et le déploie-ment des caméras de vidéo protection ; la mise en place de personnels de proximité et la réorganisation de la médiation.

J’aimerais terminer sur une note à la fois réaliste et optimiste. En 2017, nous avons obtenu l’Indication Géographique (IG) Porcelaine de Limoges et notre ville a été admise dans le réseau international de l’Unesco, aux côtés des cités mondiales les plus prestigieuses, labellisée « Ville amie des enfants » auprès de l’UNICEF et ville « active et sportive ». Cela démontre que notre histoire, notre culture et notre capacité à créer, à innover, à anticiper sont reconnues, et ce, en dépit des vicissitudes et épreuves que nous avons connues ces dernières an-nées. Cela démontre aussi que nous devons continuer à nous battre pied à pied, à refuser le pessimisme, à passer par-dessus nos divisions, à lutter contre les « déclinistes » de tout poil. Cela démontre enfin que nous avons raison de croire en Limoges et que nous devons continuer, ensemble, à bâtir son destin.
Mes chers concitoyens, permettez-moi enfin de former pour chacune et chacun d’entre vous des vœux sincères et chaleureux. Je vous souhaite avec la santé, bonheur et prospérité, amour et fraternité. La vie est trop courte pour que nous la perdions inutilement. Permettez-moi donc de souhaiter que chacun d’entre vous trouve sa voie et s’accomplisse dans le respect de tous.

Emile Roger Lombertie

 



Retour à la liste des actualités || Voir les archives