• 483.000 entrées par an à la Bfm

  • 58.000 spectateurs par an à l’Opéra

  • 75 000 spectateurs par an dans les centres culturels

Masterclass philo 2019

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre.

NB : PAGE DESTINEE AUX ENSEIGNANTS

Limoges philosophe ! Masterclass avec Fabienne Brugère
LIRE A LIMOGES 2019

 

 

Vous trouverez dans ce document :
· Contexte et informations pratiques
· Présentation de la philosophe
· Les travaux de Fabienne Brugère
· Notes support « Education Nationale » et « Philosophie Magazine » à destination des enseignants pour participer à Limoges philosophe !

 

Contexte et informations pratiques

Le vendredi 3 mai à 14h00 à l’Opéra de Limoges : une masterclass de philosophie à l'attention de tous les lycéens et plus particulièrement des futurs bacheliers pour préparer leur épreuve de philosophie.
La thématique de cette 5ème édition est l’Hospitalité (notions de sujet, désir, autrui, devoir, justice et loi, morale, accueil, hostilité, confiance, intégration, exclusion…).
La fin de l’hospitalité, Fabienne Brugère et Guillaume Leblanc, Flammarion, 2017.

Les classes intéressées ont la possibilité soit d’assister simplement à la rencontre, soit d’être également partie prenante en travaillant en amont aux productions – individuelles ou collectives- qui pourront venir appuyer l’intervention de la philosophe. Les productions pourront prendre la forme :
· soit d'un essai ou d’un dialogue platonicien (3 pages maximum)
· soit d'une production libre (supports littéraires (essai, poésie…) plastiques, audiovisuels…)

Les places situées à l'orchestre seront réservées de manière privilégiée aux classes inscrites.

Les travaux devront être adressés au plus tard le 25 mars 2019 à la Direction de la Culture et du Patrimoine de la Ville de Limoges : pour tout renseignement : natacha_debrauwer@ville-limoges.fr ou 05 55 45 93 79

 

La philosophe

 

Fabienne Brugère est Professeure de philosophie à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis depuis septembre 2014. Elle est directrice de l’équipe d’accueil LLCP à l’Université de Paris 8, de la collection «Diagnostics » aux éditions du Bord de l’eau (en collaboration avec Guillaume le Blanc), membre du comité de rédaction de la revue Esprit. Elle a dispensé également des cours dans les Universités de Hambourg, Munich et Québec. Elle travaille sur la philosophie de l’art, sur la philosophie morale et politique (le féminisme, la démocratie et les nouveaux partages du privé et du public). Elle a publié de nombreux ouvrages, dont ces dernières années : Le sexe de la sollicitude, Seuil, 2008 ; Philosophie de l’art, PUF, 2010 ; L’éthique du care, PUF, 2011 ; Faut-il se révolter ?, Bayard, 2012. Elle a dirigé ou codirigé de nombreux livres sur Spinoza, Foucault, Judith Butler, le libéralisme, l’oeuvre d’art. Dernièrement, elle a publié, avec Guillaume le Blanc, un Dictionnaire politique à l’usage des gouvernés, Bayard, 2012. Elle a publié en octobre 2013, au Seuil, La République des idées, La politique de l’individu.

 

Les travaux de Fabienne Brugère sont structurés par deux axes.

1/ Ils portent sur la philosophie de l’art : constitution d’un espace public par l’art à partir du XVIIIème siècle et des Lumières. La liberté et la possibilité de l’émancipation sont alors des concepts que l’on peut analyser à travers des pratiques artistiques et leur réception par un public (souvent au début sur le mode du conflit
ou du dissensus). Ces analyses sont faites à partir des Lumières anglaises et allemandes, des philosophies de Michel Foucault et de Jacques Rancière.

2/ Ils portent sur le féminisme et le genre, les nouveaux partages du public et du privé en démocratie : le concept de « genre » a été analysé à partir des partages posés par la morale. La morale a un genre et les femmes sont assignées à la « sollicitude ». Valoriser une éthique féministe revient alors à promouvoir le projet d’une reconnaissance de l’éthique du care (du « prendre soin ») contre l’omniprésence de l’éthique abstraite de la justice. Cette reconnaissance pose de nouveaux agencements des vies privées et publiques, et reprend le  message féministe : le privé est politique. Dans la lignée, d’une éthique du care, il s’avère nécessaire de promouvoir une politique du care tout en élaborant aussi ses limites. La finalité est de renouer toujours avec le concept d’émancipation comme expérience démocratique : quelle émancipation des femmes les études de genre peuvent – elles permettre de promouvoir ? La subversion du féminisme selon Judith Butler est un outil conceptuel intéressant, la démocratie radicale telle que pensée par Nancy Fraser, Mouffe et Laclau également. Le travail sur l’éthique du care est prolongé depuis deux ans par une réflexion sur les sens éthique et politique de l’hospitalité au moment où l’Europe traverse une crise d’accueil des migrants venus d’Afrique et Moyen-Orient. Cette dernière réflexion se fait avec le philosophe Guillaume le
Blanc.

 

Notes support à destinations des enseignants pour participer à la masterclass :

 

L’Hospitalité - Joanne Théate, professeur de philosophie


CONTEXTE

"L'hospitalité convoque la réflexion philosophique depuis sa définition même, son étymologie (hostis : hôte/hostile) révélant d'emblée une ambiguïté et des contradictions que la réalité n'a de cesse de confirmer.

L'hôte désigne celui qui reçoit aussi bien que celui qui est accueilli, et cette confusion littérale ouvre déjà la porte à tous les fantasmes de l'hospitalité: qui veut prendre la place de l'autre? Qui est l'étranger de qui ?
Jusqu'où accueillir et rester ?
Cette notion, et les réalités morales, politiques et anthropologiques qu'elle recouvre, est la croisée des réflexions portant sur l'identité dans son rapport problématique à l'autre (que l'on parle d'identité individuelle ou collective), sur la question des limites (spatiales et temporelles, morales et juridiques) de l'hospitalité et des frontières, sur le problème de l'exclusion qui reste comme la condition paradoxale de tout accueil de l'autre (l'intégration ne relevant plus de l'hospitalité, puisqu'on accueille plus celui qui l'on a assimilé et rendu "même"), celui de la politique enfin dans sa dimension nationale et internationale, de la morale et de la justice -problème qui rejoint ici une actualité que l'on espérait moins brûlante. »


NOTIONS

Directement concernées par le thème de l'hospitalité (toutes sections confondues) : le sujet / le désir / autrui / le devoir / la justice et la loi / la morale / la-le politique / la société / l'État / le langage / la religion / les échanges …


MOTS CLEFS

accueil, care, hôte, hostilité, ouverture, tolérance, frontière, confiance/méfiance, étranger, identité/altérité, don, échange, intégration/exclusion, vertu/acte, espace/temps, absolu/relatif, identité/égalité/différence, légal/légitime…


BIBLIOGRAPHIE INDICATIVE (en caractère gras les auteurs au programme de terminale)
Denis ALLAND et Catherine TEITGEN-COLLY, Traité du droit d'asile, PUF, 2002
Hannah ARENDT, Les origines du totalitarisme, Gallimard, 2002
Etienne BALIBAR, Droit de cité, Gallimard, 2002
Magalie BESSONE, "Le vocabulaire de l'hospitalité est-il républicain ?", Éthique publique vol.17, n°1, 2015, pp.1-12
Fabienne BRUGERE et Guillaume LE BLANC, La fin de l'hospitalité, Flammarion, 2017
Yves CUSSET, Prendre sa part de la misère du monde, Pour une philosophie politique de l'accueil, Les éditions de la Transparence, 2010
Jacques DERRIDA, Adieu - à Emmanuel Lévinas, Galilée, 1997; Cosmopolites de tous les pays, encore un effort !, Galilée, 1997
Jacques DERRIDA, (invité par Anne Dufourmantelle), De l'hospitalité, Calmann-Lévy, 1997
Anne GOTMAN, Le sens de l'hospitalité, Essai sur les fondements sociaux de l'accueil de l'autre, PUF, 2001
Daniel INNERARITY, Éthique de l'hospitalité, Presses de l'Université de Laval, 2009
Emmanuel LEVINAS, Totalité et infini essai sur l'extériorité, Biblio essais, 1990
Albert CAMUS, L'hôte dans L'exil et le royaume (1972), Folio-Gallimard, 2015
HOMERE, L'Odyssée
Edmond JABES, Le Livre de l'hospitalité, Gallimard, 1991
Emmanuel KANT, Vers la paix perpétuelle (1795), Paris, Vrin, 2007
Guillaume LE BLANC, Dedans, dehors. La condition de l'étranger, Seuil, 2010
Alain MONTANDON (dir.), Le livre de l'hospitalité, Accueil de l'étranger dans l'histoire des cultures, Bayard, 2004
PLATON, Le Sophiste, Le politique, Les Lois, Le Banquet…
John RAWLS, Théorie de la justice (1971), Seuil, 1987
Paul RICOEUR, Parcours de la reconnaissance, Gallimard, 2004 ; Soi-même comme un autre, Seuil, 1990 ; Sur la traduction, Bayard, 2004
Jean-Jacques ROUSSEAU, Émile, ou De l'éducation (1762), Flammarion, 2009
René SCHERER, Zeus hospitalier, Éloge de l'hospitalité, Armand Colin, 1993
Michael WALZER, Sphères de justice (1983), Seuil, 1997



L’Hospitalité



CONTEXTE

L’hospitalité est une notion qui semblait avoir disparu de notre univers éthique, reléguée aux pratiques des sociétés paysannes (tradition de l’accueil de l’errant, du voyageur de passage…) dont nous, sociétés urbanisées, avons perdu les codes, gestes ou rituels collectifs.

Dans le champ politique et juridique, l’hospitalité a été supplantée par l’idée de tolérance qui s’incarne en droits, notamment Droits de l’homme et du citoyen (depuis les guerres de religions des XVIe - XVIIe siècles avec l’Essai sur la tolérance de John Locke, les Lumières avec la cosmopolitique de Kant, jusqu’au « droit d’asile » de la conférence de Genève de 1951 et même aux différents droits des minorités d’aujourd’hui).

Dans le champ moral, elle peut se rattacher à ce qu’on appelle l’éthique du care, ou de la sollicitude (c’est ainsi que Fabienne Brugère préfère le traduire), qui réhabilite la valeur (féminine ?) d’un souci de l’Autre vulnérable, fondé sur les relations d’aide, de soin, de secours. L’on peut dire que la tolérance se réfère à la justice et le care à la relation.

L’hospitalité a été remise en débat, et en valeur, depuis la « crise des migrants » en Europe. Et elle peut être justement comprise au carrefour entre, d’une part, la question de la justice et du droit (le droit d’asile est-il enterré ? que serait une hospitalité d’État ?...) et d’autre part, de l’éthique de la relation (tous les gestes privés d’accueil ou d’aide aux migrants). C’est ainsi que la philosophe Fabienne Brugère l’articule.

HISTOIRE

Histoire du droit d’asile : migrations massives en Europe provoquées par les deux guerres mondiales, impérialismes, États-nations, modification des frontières, problème de l’apatridie, du passeport Nansen à la Convention de Genève…
Histoire de l’immigration en France et politiques d’accueil. Qui est l’étranger ? L’hospitalité cesse-t-elle avec l’acquisition de la nationalité française ?
L’Union européenne et la question des frontières : accords de Schengen, accords du Touquet, règlements de Dublin I, II, III…
Le camp de réfugiés : entre l’humanitaire et le sécuritaire. Est-ce une des formes modernes de l’hospitalité?


SOCIETES

Les traditions de l’hospitalité. Est-ce un trait culturel ?
Anthropologie : hospitalité comme échange, don et contre-don.
La question des identités.


LITTERATURE

Les littératures de l’exil : depuis L’Odyssée, jusqu’à Petit Pays, de Gaël FAYE (Prix Goncourt des lycéens 2017).
Et pourquoi pas quelques chansons : L’Auvergnat de Brassens, Le métèque de Moustaki …


ARTS PLASTIQUES

Traductions possibles du côté de l’imagination de la « ville hospitalière », du refuge, de la maison, des murs, des frontières. Ou bien le thème du mélange, du collage, du métissage…


BIBLIOGRAPHIE

Parutions récentes :
Michel AGIER (&all), Un Monde de Camps, La Découverte, 2014 ; La Jungle de Calais, PUF, 2018
Michel AGIER, L’Étranger qui vient. Repenser l’hospitalité/Le Seuil (parution 18 octobre 2018)
Benjamin BOUDOU, Politique de l’hospitalité, CNRS Éditions, 2017
Claire RODIER (et Catherine PORTEVIN), Migrants et réfugiés : réponses aux indécis, aux inquiets et aux
réticents, La Découverte (édition réactualisée à paraître fin octobre 2018).
Catherine WITHOM DE WENDEN, Atlas des migrations, Autrement : nouvelle édition 2018.
Régis DEBRAY, Éloge des frontières, Folio Gallimard, 2010

Récits sur les expériences d’hospitalité « ordinaire » auprès des migrants :
Isabelle COUTANT, Les Migrants en bas de chez soi, Le Seuil, 2018
Emilie de TURCKHEIM, Le Prince à la petite tasse, Stock, 2018
Marie-Françoise COLOMBANI et Damien ROUDEAU (dessins), Bienvenue à Calais. Les raisons de la colère,
Actes Sud, 2016


FILMOGRAPHIE

L’Émigrant, de Charlie CHAPLIN (1917)
America, America, d’Elia KAZAN (1963)
Pain et Chocolat, de Franco BRUSATI (1974)
Welcome, de Philippe LIORET (2009)
Le Havre, d’Aki KAURISMAKI (2011)
Terraferma, d’Emanuele CRIALESE (2012)
Fuocoammare, par-delà Lampedusa, de Gianfranco ROSI (2016)
De l’autre côté de l’espoir, d’Aki KAURISMAKI (2017)
L’héroïque lande : à Calais, la fin d’un monde, de Nicolas KLOTZ et Élisabeth PERCEVAL (2018)

Galerie photos

Plus de médias

Remise du p...
Image Detail
Nancy Husto...
Image Detail
Vue aérienn...
Image Detail
Vue d'ensem...
Image Detail

Jeune lecte...
Image Detail
Légendaires...
Image Detail
Chapiteau
Image Detail
Séance dédi...
Image Detail
Raphaël Ent...
Image Detail
De 7 à 77 a...
Image Detail


La ville de Limoges utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service. En continuant, vous acceptez de recevoir les cookies sur les sites de la ville de Limoges.

En savoir plus