Enlarge the image

Du -

Pôle patrimoine de la Bfm
Archives municipales

Animation, Conférence, Culture

Autour de l'herbier

Au commencement se trouve l’herbier de Jacques Joseph Juge de Saint-Martin réalisé fin 18e-début 19e. Grâce à la numérisation et ses possibilités d’exploitation, cette pièce patrimoniale a pu être analysée par la faculté des sciences de Limoges. Ainsi la valorisation des contenus visuels et culturels de l’herbier lui insufflent une nouvelle vie.

Public : Tout public

Ajouter au calendrier

L’archive est composée de deux volumes, de plus de 70 pages qui ont souffert du temps. Au début de la recherche, bien des questionnements sont nés sur les motivations qui ont conduit à sa réalisation, sur le type et la nature des plantes, leur nombre, les modalités d’organisation de la collecte, l’interrogation écologique concernant les zones de cueillette, le contexte historique des autres herbiers connus sur la période.


La numérisation par les archives municipales suivie de la recherche et de l’investigation menées par la faculté des sciences ont permis l’apport d’une connaissance de la botanique en Limousin, de la fin du XVIIIe - début du XIXe siècle.


542 échantillons de plantes ont ainsi été rassemblés, dans une finalité pragmatique pour instruire élèves et contemporains afin de développer la culture, la cuisine, la consommation, l’exploitation et le commerce des plantes et des arbres. Tout laisse à penser que l’herbier aurait été réalisé lorsque Jacques Joseph Juge de Saint-Martin occupait la chaire de botanique à l’École Centrale de la Haute-Vienne (1802-1804). Il avait alors créé à ses frais un cabinet de minéralogie ainsi qu’un jardin botanique dans sa pépinière, entreprenant des voyages à cet effet.


 Au fil des feuillets de l’herbier se découvre la collection : chardon béni des Parisiens consommé pour ses graines, pâquerette pour ses boutons, févier d‘Amérique (plante fourragère), sumac  des corroyeurs (arbre alimentaire), vesce utilisée comme engrais, châtaignier, amandier, viorne, aigremoine, pomme de terre, absinthe, lierre, bardane, potiron, belladone…


L’auteur de l’herbier est un magistrat, botaniste reconnu pour sa volonté de développer et de transmettre une connaissance remarquable de la flore, des arbres et des arbustes de la région. Son objectif vise à améliorer les productions agricoles et forestières, à aménager les paysages, lutter contre les disettes, faire reconnaître le Limousin comme le pays de la culture des arbres.


L’Histoire intervient dans ce parcours, avec la Révolution qui entraîne des bouleversements tant pour Jacques Joseph Juge de Saint-Martin que pour sa famille. Si ce dernier en tire 50 ans plus tard des observations sociologiques, l’une de ses actions questionne encore aujourd’hui l’histoire de Limoges.


À la place de l’ancien couvent des Carmes détruit vers 1790 lors de la vente des biens nationaux, il réalise en effet jusque vers 1815, une importante opération immobilière qui intègre l’une de ses pépinières.


Pour comprendre cet événement qui est présenté aux archives municipales de Limoges, son itinéraire de notable, d’homme politique, de négociant en bois est replacé dans le contexte de profond changement qu’est la difficile naissance de la citoyenneté à Limoges.
 

 Trois lieux d’exposition pour plonger dans l’univers de Jacques Joseph Juge de Saint-Martin de fin octobre 2020 à fin janvier 2021 : la bibliothèque francophone multimédia, les archives municipales et la bibliothèque universitaire de la faculté des sciences, techniques et sports :

« Autour de l’herbier de Jacques Joseph Juge de Saint‑Martin (1743-1824), un homme des lumières »

Bfm centre-ville (pôle patrimoine)
2 place Aimé Césaire
du 31 octobre 2020 au 30 janvier 2021
du lundi au samedi, de 10h à 18h


Jacques Joseph Juge de Saint-Martin est un homme des lumières qui veut faire partager ses connaissances et ses réflexions. C’est donc une invitation à découvrir ses écrits, illustrations et publications en botanique, agronomie, poésie, philosophie, histoire et sociologie. Une place à part sera bien sûr réservée à la présentation, sous diverses formes et dans son intégralité, de l’herbier des plantes et des arbres du Limousin.


Par ailleurs, Jacques Joseph Juge de Saint-Martin est un témoin et un acteur de la Révolution à Limoges. Membre de la société des Amis de la Constitution, juge du district et commissaire du Roi au Tribunal, il est confronté avec deux de ses frères aux rudes réalités d’une période troublée qui nous emmènera jusqu’à Saint-Domingue.


Cette exposition sera l’occasion de consulter des sources patrimoniales inédites avec les institutions partenaires (AD87, Bfm, archives municipales, association Mémoire de Nieul et Alentours…).


« Autour de l’herbier de Jacques Joseph Juge de Saint‑Martin (1743-1824), la disparition du couvent des Grands Carmes de Limoges »

Archives municipales
avec l'aimable collaboration de la Caisse d'Épargne d'Auvergne et du Limousin
1 place des Jacobins
du 31 octobre 2020 au 30 janvier 2021
du lundi au vendredi, de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h


 Allez à la découverte du patrimoine disparu du couvent des Grands Carmes. Fondé au XIIIe siècle, détruit et dispersé à la Révolution, ce site connut une importante opération immobilière menée par Jacques Joseph Juge de Saint-Martin qui en transforma une partie en pépinière. Par la suite d’autres aménagements et activités manufacturières y prirent place.


 Aujourd’hui, ce sont d’importants et précieux vestiges qui nous en racontent l’histoire (statuaires, objets de culte, éléments lapidaires, peintures, Bible…) avec la restitution du travail de recherche.

« Jacques Joseph Juge de Saint-Martin, un agronome limousin au Siècle des Lumières »

Bibliothèque universitaire des sciences, techniques et sports
bâtiment M, 47 avenue Albert-Thomas
du 16 novembre au 19 décembre 2020
du lundi au vendredi, de 9h à 19h


À partir de la numérisation de l’herbier réalisée par les archives municipales, la collection botanique fragile est devenue un précieux matériau documentaire réexploitable, ce qui a permis d’en faire l’analyse resituée dans l’histoire de la botanique.
 Trois étudiants en licence de Biologie des Populations et leur professeur Daniel Petit (Laboratoire PEREINE, Université de Limoges) livreront les résultats de la recherche universitaire (exposition et vidéos).
 

Un après-midi de conférences sur la personnalité de Jacques Joseph Juge de Saint-Martin, avec trois intervenants : Paul d’Hollander, Daniel Petit et Christian Riboulet. Le samedi 5 décembre de 14h à 17h30 à l’auditorium Clancier de la Bfm centre-ville.


Bfm centre-ville (auditorium Clancier)
2 place Aimé Césaire
samedi 5 décembre
de 14h à 17h30

« Jacques Joseph Juge de Saint-Martin, entre Monarchie et Révolution »

Paul d’Hollander, professeur d’histoire contemporaine, pose le regard d’un historien et questionne sur ce que fut la naissance de la citoyenneté à Limoges, et sur la place qu’occupa Jacques Joseph Juge de Saint-Martin, homme influent, magistrat, juge-citoyen qui sut saisir des opportunités et marqua fortement ses contemporains.

« L’herbier ancien de Jacques Joseph Juge de Saint-Martin, objet d’étude et de connaissance »

Daniel Petit est naturaliste, biologiste et professeur à la faculté des sciences de Limoges. Son expertise restitue l’herbier dans l’histoire de la botanique avec l’identification de 542 spécimens recueillis fin XVIIIe - début XIXe. Il livre ses éclairages sur la diversité botanique, les propriétés des plantes, leur répartition et finalité (alimentaire, médicinale, ornementale).

« Quels enseignements retirer du savoir et des pratiques de Jacques Joseph Juge de Saint-Martin ? Pourquoi est-il pour nous un contemporain ? »

Christian Riboulet expert forestier, judiciaire et d’arboriculture ornementale ; il est passionné par la question patrimoniale et environnementale. Spécialiste du chêne, Christian Riboulet connaît l’arbre en profondeur, se préoccupe d’écologie et d’esthétique du paysage. Il analyse pour nous la démarche engagée par Jacques Joseph Juge de Saint-Martin.
 

 Des visites guidées sur les lieux de la Révolution à Limoges et des visites guidées de la chapelle Saint-Martin à Couzeix les samedis 7 et 21 novembre et le mercredi 9 décembre.

Visites gourmandes sur les traces de la Révolution


 samedi 7 novembre / samedi 21 novembre / mercredi 9 décembre à 15h30
 à l’Office de tourisme de Limoges
 12 boulevard de Fleurus
 sur inscription au 05 55 34 46 87
 durée : 2h
 tarifs 10€ / 8€

Prenez vos marques ! Prêts ? Partez ! En écho à l’exposition, Autour de l’herbier de Jacques Joseph Juge de Saint-Martin 1743-1824, un homme des lumières, venez découvrir lors de cette balade urbaine les hommes, les lieux et les histoires qui ont façonné Limoges durant le siècle des Lumières. Ces visites gourmandes sont organisées par les archives municipales, l’Office de tourisme et Limoges, Ville d’art et d’histoire ; avec l’aimable participation de La Table du Couvent.

Visites guidées de la chapelle Saint-Martin à Couzeix

 samedi 7 novembre / samedi 21 novembre / mercredi 9 décembre à 10h, 10h45 et 11h30
 à la chapelle Saint-Martin
 1 route de l’hippodrome à Couzeix
 sur inscription au 06 62 23 43 89
 durée : 30 min.
 gratuit


 La visite de la chapelle Saint-Martin, sépulture de la famille de Jacques Joseph Juge de Saint‑Martin est proposée par l’association Mémoire de Nieul et Alentours.

Autour de l’herbier, des animations : un atelier d’écriture à l’École Nationale Supérieure d’Art de Limoges (ENSA) du 23 au 27 novembre et des animations à la Bfm centre-ville en lien avec l’exposition le 20 janvier.

Atelier d’écriture, « Un herbier pittoresque contemporain »

ENSA
Campus de Vanteaux - 19 avenue Martin-Luther-King
du 23 au 27 novembre
réservé à un groupe d’étudiants de licence


Ce projet qui aura lieu durant une semaine, sera mené par un groupe d’étudiants de licence sous la direction de Patrice Blouin et Camille Vacher, leurs professeurs. Autour de la Description pittoresque d’une métairie dans le département de la Haute-Vienne de Jacques Joseph Juge de Saint-Martin, l’objectif est de voir comment se réapproprier l’exercice de la « description pittoresque » (ce qui mérite d’être peint) appliqué au monde contemporain et de répondre à la question : « À l’heure où Instagram définit massivement ce qui mérite d’être photographié, quel type d’alternative propose le regard pittoresque ? ».

Au final, il s’agit d’aboutir à la publication d’un court ouvrage L’Herbier pittoresque de Limoges composé de textes et de dessins. Ce travail serait ensuite présenté au pôle patrimoine de la Bfm centre-ville.

Atelier jeunesse et ateliers adultes à la Bfm centre-ville

Bfm centre-ville (pôle patrimoine)
2 place Aimé Césaire
mercredi 20 janvier

Un focus sur les fonds d’ouvrages de botanique et la période révolutionnaire avec : un atelier jeunesse à 15h organisé par l’artiste Bernadette Gervais sur le principe de faire réaliser des pochoirs plantes par les enfants et un atelier pour les adultes le matin sur le même principe et/ou sur la réalisation de cyanotype à partir de végétaux.
 

Jacques Joseph Juge de Saint-Martin baptisé le 16 septembre 1743, paroisse Saint Pierre à Limoges est issu d’une famille de la haute bourgeoisie dont la généalogie et la possession de la seigneurie de Boubeau à Nieul remonte au XIVe siècle. La famille est aussi installée à Limoges.


En 1773, il succède à son père en reprenant sa charge de conseiller au Présidial. En 1784, au décès de ce dernier, il est l’unique héritier des domaines et seigneur sur ses terres.


Professeur d’histoire naturelle, entre 1798 et 1803, au collège de garçons de Limoges, qui, en 1796, est devenu École Centrale de la Haute-Vienne ; il devient un membre actif et influent de la Société d’agriculture de Limoges et contribue ainsi à l’amélioration de l’art agricole, et de la culture des arbres.


En 24 ans, de 1791 à 1813, Jacques Joseph Juge de Saint-Martin, membre du très puissant et redouté Club des Jacobins va transformer le paysage du faubourg. Il procède à la vente du couvent des Grands Carmes et de ses terres par lots. En propriétaire scrupuleux, il va fixer la gestion de ce bien sur un Livre journal concernant l’enclos des cy-devant Grands Carmes qui se trouve actuellement dans le fonds patrimoine de la Bfm de Limoges. Il conserve cependant la majeure partie des jardins du couvent ainsi que la sacristie et la salle de la communauté et développe à cet endroit une pépinière de grande importance qui aurait fonctionné jusqu’au milieu du XIXe siècle.


Jacques Joseph Juge de Saint-Martin est aussi un homme de lettres influencé par les philosophes (Rousseau, Voltaire, Chateaubriand, Fontenelle...). On compte dans ses publications, un recueil manuscrit, Pièces fugitives, une Proposition d’un traité de paix générale (1799), un dialogue entre père et fils intitulé Théorie de la pensée, de son activité primitive et de sa continuité, ouvrage élémentaire où le jeune homme peut apprendre à se connaître et à s’estimer, deux ouvrages poétiques et une réflexion sociologique complétée par un abécédaire des proverbes et recueil des préjugés à combattre sur l’alimentation, la santé et les représentations sociales.

Ce contenu vous a-t-il été utile ?
Button envoyer