Du

Opéra

Culture

Il faut donc que vous fassiez un rêve

Tout part de l’idée originale qu’a eue Mara Dobresco de réunir pour la scène, les poèmes de Marin Sorescu, poète roumain majeur du XXe siècle, et Le Journal en miettes d’Eugène Ionesco, génial auteur de pièces entrées dans le répertoire.

Public : Tout public

Ajouter au calendrier

Cette nuit-là, il a décidé de forcer le sommeil. Car il veut parvenir à faire le « rêve des rêves », celui qui explique tout.

Trois musiciennes font cercle autour de lui - piano et percussions – et leurs notes (musiques de Philip Glass, de John Cage, de Philippe Hersant et d’Arvo Pärt…) donnent corps à sa quête. L’insomniaque se met à retrouver les fragments éparpillés de sa vie semée aux quatre vents. Bribe après bribe de son Journal en miettes (Ionesco), poème après poème (Sorescu) retrouvés en d’improbables endroits, il se fraie un passage vers l’enfance, affronte ses peurs et ses échecs, s’adresse à nous, à Dieu, et, doucement, dessine peut-être un chemin vers la grâce.

 

Denis Lavant incarne un homme qui tente de retrouver la joie.

Réservations