dynamique

Parcs et jardins

Quand la nature s’invite dans la ville.

La ville compte environ 680 ha d’espaces verts aménagés et 690 ha d’espaces naturels.

Ces espaces font l’objet d’une codification qui définit, entre autre, leur mode de gestion ainsi que la fréquence des interventions qui y sont faites. Il existe à ce jour 4 codes de gestion à Limoges :

Espaces horticoles affirmés : ces espaces de représentation, structurés à la mise en scène recherchée, expriment le plus haut degré de technicité du jardinier.  

Espaces horticoles : jardins de quartier, accompagnement de voiries,… ils sont souvent destinés à la détente, et font appel à toute la palette végétale essentiellement composée d’arbustes et de vivaces.

Espaces champêtres urbains : souvent espaces de liaison entre les espaces verts à caractères horticoles, ils représentent des scènes champêtres semblables à celles de la campagne environnante, mais adaptée aux besoins urbains.

Espaces à caractère naturel : éléments majeurs de la trame verte, ils sont composés de boisements, prairies, zones humides… et sont les réservoirs d’une biodiversité urbaine.

Parmi ces principaux parcs et jardins, on trouve :

Le jardin d’Orsay

Le jardin du Champ de juillet  

En sortant de la gare SNCF des Bénédictins, le visiteur se trouve face à un vaste jardin fleuri en toutes saisons; cet ancien champ de manœuvres militaires a été converti dès le 19e siècle en un jardin public doté d'un bassin et d'allées ombragées. Bassin qui a fait l’objet d’une rénovation complète en 2018. Les jardiniers y maintiennent la tradition de la mosaïculture.

Le parc Victor Thuillat

Ilot de calme et de verdure ce parc paysager d’une surface de 3,5 hectares, abrite de nombreux arbustes et arbres, dont certains sont classés remarquables (au PLU), de nombreuses vivaces et une rivière anglaise qui lui confèrent ce charme particulier. Chaque 2ème dimanche d’octobre il accueille son marché aux plantes et artisanat local.

Plaquette en cours de mise à jour – plan édito 2019

Le jardin de l’Evêché et son jardin botanique   

Cette perle du centre-ville se caractérise par ses terrasses de l’Ancien Palais Episcopal (reconstituées en 1976) agrémentées de parterres fleuris, son mail et ses bassins qui ont retrouvé l’harmonie originelle d’une composition rigoureuse des jardins dit à la française.  

Lieu de détente, de promenade et de contemplation, c’est aussi grâce à son jardin botanique, de près de 2 ha, un véritable musée vivant des plantes et formidable conservatoire de la biodiversité.

Au fil des collections, réparties sur les différentes terrasses, le promeneur pourra y découvrir les plantes par le biais de leurs familles (collection systématique), par leurs usages (collection ethnobotanique) ou par leurs biotopes, caractéristiques du Limousin (collection écologique).

Sur cette dernière collection ce sont en effet, 7 milieux caractéristiques du Limousin qui sont représentés : la chênaie-charmaie, la hêtraie à houx, la saulaie, la lande sèche à bruyères, la lande tourbeuse, le fourré à bruyères et ajoncs d’Europe, la mégaphorbaie (jeune et mature).

Plaquette en téléchargement

Le Bois de la Bastide  

Véritable bulle d’oxygène au cœur de la zone urbaine du nord de Limoges s’étend sur 80 ha. Cette forêt très appréciée par les promeneurs, les joggers limougeauds mais aussi des Terra aventuriers appartient à la Ville de Limoges depuis 1975. Elle faisait partie de l'immense domaine du Baron Martin de la Bastide. Aujourd’hui essentiellement constitué d’une futaie de chênes pédonculés, le bois de la Bastide est soumis au régime forestier et est géré par la ville, dans le cadre un plan de gestion pluriannuel, mené en concertation avec l’Office Nationale des Forêts.

La vallée de l’Aurence  

Acquise progressivement par la Ville, la vallée de l’Aurence est aménagée sur tout son parcours. Ponctuée, au nord, d’un parc animalier où chèvres, ânes et des poules vaquent en quasi liberté sur près de 4 ha, elle abrite aussi des terrains de grand jeu, de vastes prairies en accès libre et des sites pittoresques à souhait. Véritable réserve naturelle sur près de 200 ha, elle est composée du lac d’Uzurat, des parcs du Moulin-Pinard et de l’Aurence , et enfin de celui du Mas-Jambost.

La vallée de l’Auzette

L’Auzette, petit ruisseau affluent de la Vienne, traverse les secteurs urbanisés de la rive gauche. Cette petite coulée verte ” permet de remonter sur 1,5 km jusqu’aux équipements du Bas-Fargeas, tennis, Centre culturel John-Lennon, etc. et au vaste complexe sportif de Saint-Lazare.

On y trouve les parcs de l’Auzette, du Mas Rome et du Bas Fargeas, trois espaces riches en biodiversité.

Avec le parc Victor-Thuillat, le jardin botanique de l’Evêché occupe une place de choix pour l’observation des plantes en situation. Mais la biodiversité, pour qui sait la voir, est partout en ville : mammifères, oiseaux, batraciens, insectes, plantes,… peuplent notre territoire communal. Les parcs et jardins de la Ville en sont souvent de riches réservoirs et abritent bon nombre d’espèces dont certaines sont protégées.

La Ville tient compte de cette richesse floristique et faunistique des milieux dans sa gestion et sa conception paysagère. Depuis une dizaine d’années, des inventaires naturalistes ont été réalisés sur quelques stations. Ces derniers permettent de mieux appréhender la diversité biologique et les caractéristiques des sites afin d’adapter les interventions des différents gestionnaires et aménageurs en fonction des écosystèmes.  

Mais préserver c’est aussi favoriser le maintien de cette biodiversité. Pour cela, depuis plusieurs années, des actions sont menées par la Ville, telles que l’installation de nichoirs destinés aux petites espèces d’oiseaux du Limousin (mésanges bleue, charbonnière, nonnette, huppée et boréale) ou encore la mise en place de ruches sur divers sites.

Les abeilles jouent un rôle prédominant dans la pollinisation, des ruches sont installées au sein du jardin de l’Evêché pour du miel 100¨% Limougeaud.

Télécharger