Parcours

Hassane Kassi Kouyaté

Hassane Kassi Kouyaté, le nouveau directeur des Francophonies, a pris ses fonctions le 1er janvier 2019.

Publié le

J’ai participé pour la première fois au Festival des Francophonies en 1986. Par la suite, je suis revenu comme artiste, conteur, metteur en scène, en résidence plus de 25 fois, je suis très attaché à la région.

Votre projet a séduit la présidence du Festival, quel est-il ?

Je suis parti d’un constat, le public ignore ce qui est fait autour du festival de la Francophonie. Il se passe des choses toute l’année et pas uniquement pendant dix jours. Le terme Festival est réducteur, il va changer pour devenir : Les Francophonies, des écritures à la scène.

Il faut s’ouvrir et expliquer ce que l’on fait. Nous accueillons chaque année plus de 200 auteurs en résidence. Il faut faire de Limoges une place publique et de rencontres.

Je souhaite créer deux festivals. Un au printemps qui serait dédié aux écritures et aux lectures qui pourraient circuler toute l’année dans le département, la région voire à l’international. Le deuxième festival se tiendrait à l’automne et serait consacré aux créations sur scène. Nous favoriserons les rencontres professionnelles, les formations, la création et des débats  qui pourraient être portés par le pôle francophone de la Bfm. Il faut encourager le travail en commun et mobiliser les forces vives de la Ville. L’objectif est de toucher les publics les plus divers possible par des propositions pertinentes et exigeantes. Il faut s’ouvrir au plus grand nombre et pour cela diversifier les propositions et les lieux et créer des partenariats. Cela peut passer par la création d’une association amie des Francophonies.

Hassane, quel est votre moteur ?

Je suis d’une famille de griot et cela m’aide à vivre au quotidien. J’ai été éduqué pour travailler avec l’autre et pour l’autre. C’est l’existence de l’autre qui me fait exister et m’enrichit.