Parcours

Youssef Boughlem

Il dirige l’agence de valorisation de la Recherche en Limousin

Publié le

Youssef Boughlem n’a pas fini de chercher

Partout où l‘université est implantée, l’agence pour la valorisation de la recherche universitaire du Limousin (Avrul) est potentiellement présente. Qu’ils soient menés par des enseignants chercheurs ou des étudiants, les travaux ne se limitent pas à la recherche fondamentale. Pour donner corps aux projets de recherche, l’Avrul et son incubateur fertilisent les idées.

Youssef Boughlem, directeur de l’Avrul, est un homme d’action. « La Recherche c’est indispensable pour faire avancer la société et s’il est possible que l’idée génère en plus un chiffre d’affaires, c’est idéal ! »

Né à Limoges, il a suivi sa scolarité dans la cité porcelainière avant d’intégrer la faculté de Limoges et de décrocher une maîtrise en Droit des affaires.Ensuite, direction l’université de Birmingham, puis de Toulouse pour accroître ses compétences et passer un DESS de juriste international. Puis cap vers l’université de Bordeaux pour se spécialiser dans les contrats et la propriété intellectuelle. C’est un Master en école supérieur de commerce qui viendra achever son cursus. Et parce qu’il a compris que la théorie ne suffit pas, Youssef Boughlem s’investit dans de nombreux stages qui le conduiront notamment dans un cabinet d’affaires avenue Montaigne à Paris.

En 2007, l’Agence pour la valorisation de la recherche universitaire du Limousin est créée. Alors sollicité pour intégrer cette nouvelle structure fédératrice, il revient à Limoges sans hésiter pour « faire avancer les choses, accompagner des projets qui ont du sens et créer des emplois ».

8 années plus tard, il prendra la direction de l’Avrul, avec la même détermination et la fierté d’accompagner la recherche universitaire vers la sphère industrielle et commerciale,


« Telle la société Adidream, créée au sein de l’incubateur d’entreprise de l’Avrul, qui s’est associée avec I. Céram pour créer des dispositifs médicaux innovants en impression 3 D. »

Et c’est bien là que l’on s’aperçoit que  Limoges est à la pointe, justement parce que la ville bénéficie d’un passé industriel riche, et d’un écosystème équilibré dôté de deux pôles de compétitivité.

 

Contractualiser avec l’agence

Agence de valorisation, l’Avrul détecte les projets qui ont vocation à être exploités à des fins industrielles : grands groupes, start-up et PME.

Après avoir noué les partenariats entre le tissu industriel et la communauté scientifique notamment, l’Avrul se charge de déposer les brevets et de tester l’idée hors laboratoire. La finalité est de l’éprouver, de la consolider, d’en faire un prototype, mais aussi de lancer une étude de marché ou d’étudier concrètement sa faisabilité. L’Avrul vérifie aussi la libre exploitation du concept, pour au final déposer le brevet qui conduira à une licence voire même à la création d’une start up. Le taux de survie des entreprises créées avec le soutien de l’Avrul est de 100 % à 3 ans et de 80 % à 5 ans.

En 2017, 236 contrats ont été signés par l’Avrul pour un volume financier de 8,1 millions d’euros.