dynamique

Cheminement céramique

La céramique est partout à Limoges et les usages sont multiples. Elle est au service des citoyens et devient des points de repères dans l’espace public qui jalonnent les cheminements piétons.

Des œuvres d’art urbaines

En partenariat avec la DRAC Nouvelle-Aquitaine, la Ville de Limoges a lancé fin 2016 une commande publique artistique pour créer un jalonnement céramique dans le centre-ville. Des éléments en « Bleu de four » inspirés du Kintsugi japonais viendront sublimer ce que le temps a dégradé. Un jalonnement urbain constitué par exemple des vase pour l'entrée dérobée du jardin d'Orsay ou des balustres manquants de l'escalier monumentale, une partie de la balustrade de l'enclos derrière la statue de Jeanne d'Arc place Fournier, une boule du garde-corps qui domine la voie ferrée avenue du Général-de-Gaulle, deux grands vases de la cour côté jardin du musée des Beaux-Arts, mais aussi la plaque du n°8 rue Othon-Péconnet, un dallage à l'angle des rues Turgot et Adrien-Dubouché, une descente d'eaux pluviale rue du Portail-Imbert… Autant de repères visuels et esthétiques qui créeront un parcours poétique à travers la ville dès l’été 2019.

Traditionnellement, depuis l’essor des manufactures, la céramique est visible sur les espaces publics de la ville sous différentes apparences : terre cuite, faïence, grès, porcelaine et récemment sous forme de céramique technique. Elle est essentiellement présente dans la ville sur les façades des bâtiments, mais elle reste difficilement identifiable.

Depuis plusieurs années, les céramiques techniques ont également fait leur apparition dans l’espace public et leurs caractéristiques permettent désormais de s’adapter aux contraintes de ces espaces (résistance aux chocs, aux intempéries…).

La Ville de Limoges valorise les Arts du Feu notamment en créant des liens entre chaque « site céramique » et en inscrivant davantage matériellement ce savoir-faire sur les espaces publics.

Une commande publique artistique est menée par la Ville, en partenariat avec la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC), pour la création d’un parcours dans le centre-ville reliant plus d’une vingtaine de lieux. L’objectif est de créer des éléments en céramique qui jalonneront le parcours afin d’accompagner les habitants et les touristes dans leur cheminement de la ville.  

Cette commande est l’occasion de porter un regard nouveau et plus contemporain sur le centre-ville et de mettre en exergue son rôle de démonstrateur des potentialités qu’offre la céramique. 

Cette démarche s’inscrit dans un programme d’actions en trois volets :  

  1. La matérialisation d’un parcours à l’aide d’éléments en céramique et/ou émail : le jalonnement  
  2. L’installation de mobilier urbain en céramique  
  3. L’implantation de créations artistiques céramique

Les lauréats ont été désignés et sont en train de concevoir et fabriquer les pièces qui habilleront la ville en affirmant son identité.  

La manufacture Pierre Arquié se chargera de la réalisation des œuvres urbaines.  

Le jalonnement céramique sera en place pour l'été 2019.

Le concept du projet retenu est celui du Kintsugi japonais adapté à l’espace urbain. Cette discipline consiste à réparer les objets en céramique à l’aide de joints à l’or fin. La réparation n’est pas dissimulée mais magnifiée. C’est ce qui sera fait à Limoges en confiant à la porcelaine ce rôle de valorisation des accidents de la ville. Par glissement d’échelle et de sens, seule la porcelaine comme matériau de réparation de la ville sera utilisée.

Il s’agit très simplement de donner à voir des fragments de créativité de couleur bleue de four, parsemés dans la ville pour baliser des parcours entre les lieux.

De par sa profondeur, le bleu de four soulignera d’autant plus les vides comblés, les cassures reconstituées, les éléments incrustés, matérialisant ainsi la céramique dans les moindres recoins de la cité.