Dynamique

Les musées

Limoges se souvient avec le musée de la Résistance, Limoges conserve et expose l’art et l’histoire de la ville avec son musée des Beaux-Arts, Limoges innove avec des expositions temporaires dans ses différentes institutions, à découvrir ou revisiter sans fin.

Le musée des Beaux-Arts

Installé au pied de la cathédrale dans le quartier historique de la Cité, le musée des Beaux-Arts de Limoges occupe l’ancien palais épiscopal édifié à la fin du XVIIIe siècle, aujourd’hui classé Monument historique. Ce bâtiment majestueux, situé au cœur de jardins dominant la vallée de la Vienne, accueille le musée depuis 1912. Entre 2006 et 2010, la Ville de Limoges a mené une complète restructuration de son musée.

Les collections présentées selon quatre grands pôles :

La collection d’émail assure la singularité et la renommée du musée : elle offre un large panorama de la production des ateliers limousins du XIIe siècle à nos jours et un aperçu de la création internationale. Un trésor à découvrir.

Encore largement méconnue, la collection Beaux-Arts propose des peintures de la Renaissance au XXe siècle, parmi lesquelles, entre autres, des oeuvres de Renoir ou Valadon, originaires tous deux de la région. Elle propose en outre un remarquable ensemble d’estampes et dessins, complété par des sculptures modernes et contemporaines.

Le musée doit sa belle collection d’antiquités égyptiennes, riche de près de 2000 pièces, à la générosité de Jean-André Périchon, un industriel originaire du Limousin qui fit carrière en Moyenne Egypte au début du XXe siècle.

Rythmée par une série de maquettes, l’histoire de Limoges, depuis sa création à l’époque gallo-romaine jusqu’au début du XXe siècle, est illustrée notamment par du mobilier archéologique, des sculptures romanes et gothiques ou encore des peintures… Un voyage dans le temps servi par des œuvres remarquables.

Consultez le site internet du musée des beaux-arts

Le musée de la Résistance

Inauguré en janvier 2012, le musée de la résistance est devenu progressivement un musée d’histoire du XXème siècle. Il a pour mission principale de faire connaître les évènements historiques du pays et de la région, de montrer les valeurs républicaines et de les diffuser. Il enrichit ses collections par achat et dons et les met en valeur lors des expositions.

Cet établissement culturel de la Ville de Limoges illustre les valeurs citoyennes et solidaires portées par la Résistance pendant la Seconde Guerre mondiale. Dédié à tous ceux qui se sont sacrifiés pour défendre les valeurs fondamentales de la République, il est pour vocation de faire vivre la mémoire en offrant un lieu pédagogique et de diffusion de l’information, notamment pour le jeune public.

Situé dans l’ancien couvent des Sœurs de la Providence du XVIIème et XVIIIème siècle rue Neuve Saint-Etienne, au cœur au quartier de la Cité, il propose sur 1400m2un parcours muséographique retraçant rigoureusement les faits historiques de la Seconde guerre mondiale et particulièrement  la Résistance, l’occupation et la déportation en Haute-Vienne.

Décliné en dix séquences, à partir de 1939, ce parcours dynamique découle du programme scientifique élaboré par Olivier Wieviorka, historien de renommée nationale et spécialiste de la Seconde Guerre mondiale, Pascal Plas, historien spécialiste de la Seconde Guerre mondiale dans le Centre-Ouest, et Annie Martin, directrice du musée.

Deux plateaux accueillent les collections permanentes, constituées de près de 800 pièces. Le musée comprend également une salle d’expositions temporaires, une salle pédagogique permettant l’organisation d’animations pour les scolaires, et un centre de documentation ouvert aux chercheurs.

Consulter le site internet

Ce  musée a été réalisé par la Ville de Limoges pour un coût de 7 millions d’euros. Son aménagement a nécessité de très importants travaux entre 2009 et 2011, qui ont permis de valoriser un patrimoine remarquable. En plus du musée de la Résistance l’ensemble immobilier réhabilité comporte une salle de conférence, l’espace Simone Veil.

La Ville a reçu le soutien de l’Europe (Fonds Européen de Développement Régional), du conseil régional du Limousin, de l’Etat (Fonds National d’Aménagement et de Développement du Territoire), du conseil général de la Haute Vienne et de la Fondation du Patrimoine.

Maître d’ouvrage délégué : Société d’Equipement du Limousin
Maîtres d’œuvre : les architectes Hervé Beaudoin et Benoît Engel
Scénographe : Frédéric Casanova