Dynamique

A voir, à faire, à manger…

Limoges regorge de sites incontournables, de spécialités culinaires propres à son terroir et programme de nombreuses manifestations, renseignez-vous !

Le quartier des ponts

A l’origine, c’est un lieu de passage, un gué, comme en témoigne le nom d’Augustoritum (« gué d’Auguste ») qui encouragea les Romains à s’installer sur ce site.

A cette époque, Limoges était une ville bicéphale : d’un côté, le Château, siège de la vicomté et de l’influence de l’abbé de Saint-Martial, de l’autre, la Cité et son évêque. Garantissant les échanges et la prospérité de chacun, les ponts étaient essentiels pour les deux parties. C’est au XIIIe siècle que les autorités du Château décidèrent de la reconstruction du pont Saint-Martial. Il fut édifié sur les bases du pont romain rasé à la fin du XIIe siècle par Henri II de Plantagenêt. En réponse, l’évêque entreprit l’édification du pont Saint-Étienne, comptant huit arches ogivales, pour capter une partie du trafic commercial et favoriser le passage des pèlerins à destination de Saint-Jacques de Compostelle.

Le port du Naveix et les fabriques de porcelaine

Port fluvial sans bateau, le Naveix était essentiel pour la réception des bois de flottage. Au début du XIXe siècle, la présence de ce combustible en abondance, invita des porcelainiers à s’installer à proximité, avant que l’arrivée du chemin de fer et l’utilisation de la houille ne viennent changer la donne. Aujourd’hui, seul le four des Casseaux témoigne encore de ce passé. Ce four à globe unique en France, classé monument historique, est conservé par la plus ancienne des manufactures encore en activité, Royal Limoges.

Le quartier de la Boucherie

Sorti tout droit du Moyen Âge, il doit sa physionomie à la vigilance des puissants bouchers qui ont su le préserver. Organisés en corporation, ils vénéraient Saint-Aurélien, à qui ils dédièrent une chapelle pour abriter ses reliques. Richement décorée, elle fut achetée par la confrérie et ainsi sauvée de la destruction au moment de la Révolution.

Côtoyant aujourd’hui artistes et antiquaires, les bouchers, toujours présents, vous invitent à visiter une maison typique, avec son mobilier d’origine, voire à se joindre à eux lors de leurs processions, notamment au moment des Ostensions. Ils vous convient également à une fête annuelle de la gastronomie : La Frairie des Petits Ventres au mois d'octobre (3ème vendredi du mois).

Hôtel de Ville

Limoges doit sa maison commune au legs de M. Fournier, riche rentier mort sans descendance. Monumental et richement décoré par des artisans de renom, cet hôtel de ville est surmonté d’un campanile de 43 mètres de haut. La façade principale est ornée de quatre médaillons de mosaïque à l’effigie d’hommes illustres de la ville : l’émailleur Léonard Limosin, le chancelier d’Aguesseau, l’avocat girondin Pierre Vergniaud et le maréchal Jean-Baptiste Jourdan. Véritable curiosité, une magnifique fontaine de bronze et de porcelaine trône devant son entrée depuis 1893. Décorée par le Directeur de l’École Nationale des Arts Décoratifs de Limoges de l’époque, elle offre à nos regards quatre génies symbolisant le dessin, la peinture, le modelage et le tournage.

Musée des Beaux-arts  

Installé au pied de la Cathédrale dans le quartier historique de la Cité, le musée des Beaux-Arts de Limoges occupe l’ancien palais épiscopal édifié à la fin du XVIIIe siècle, aujourd’hui classé Monument historique. Ce bâtiment majestueux, situé au cœur de jardins dominant la vallée de la Vienne, accueille le musée depuis 1912.

Entre 2006 et 2010, la Ville de Limoges a mené une complète restructuration de son musée : la rénovation des bâtiments anciens et la construction d’extensions ont fait du musée un lieu vivant où chacun est invité à venir et revenir au fil de ses envies…

Les collections présentées réparties en quatre grands pôles :

  • La collection d’émail assure la singularité et la renommée du musée : elle offre un large panorama de la production des ateliers limousins du XIIe siècle à nos jours et un aperçu de la création internationale. Un trésor à découvrir.
  • Encore largement méconnue, la collection Beaux-Arts propose des peintures de la Renaissance au XXe siècle, parmi lesquelles, entre autres, des oeuvres de Renoir ou Valadon, originaires tous deux de la région. Elle propose en outre un remarquable ensemble d’estampes et dessins, complété par des sculptures modernes et contemporaines.
  • Le musée doit sa belle collection d’antiquités égyptiennes, riche de près de 2000 pièces, à la générosité de Jean-André Périchon, un industriel originaire du Limousin qui fit carrière en Moyenne Egypte au début du XXe siècle.
  • Rythmée par une série de maquettes, l’histoire de Limoges, depuis sa création à l’époque gallo-romaine jusqu’au début du XXe siècle, est illustrée notamment par du mobilier archéologique, des sculptures romanes et gothiques ou encore des peintures… Un voyage dans le temps servi par des œuvres remarquables.

Gare des Bénédictins

Conçue par l’architecte Roger Gonthier, cet édifice est aujourd’hui le symbole de la ville. Sa coupole et son campanile de 60 mètres, pourtant décrié à l’origine, en font l’une des plus belles gares de France, si ce n’est la plus belle. Son hall richement décoré, ses vitraux art déco, l’élégance de ses formes retiennent l’attention des voyageurs qui s’y arrêtent.

Cathédrale

La cathédrale Saint-Étienne, située dans le quartier historique de la Cité domine le paysage urbain de Limoges. Elle est l’un des rares monuments de style gothique du sud de la Loire.

La construction de cet imposant édifice, sur les restes de l’ancienne cathédrale romane du XIe siècle dont quelques témoignages subsistent, nécessita plus de six siècles.

Richement décorée, la cathédrale est ornée de sculptures datant des XIVe et XVIe siècles.

Les puces de la Cité

Les Puces de la Cité 2ème dimanche de chaque mois dans le quartier de la Cathédrale : une foire à la brocante est organisée dans les rues du quartier de la cité. Le promeneur mais aussi le collectionneur peut alors chiner à loisir…

Porcelaine

Le « Boulevard de la porcelaine »

De nombreux monuments rappellent le savoir-faire exceptionnel d’artisans qui contribuèrent à asseoir la renommée internationale de Limoges, aujourd’hui capitale des Arts du Feu (céramique, verre, émail). Outre les bâtiments « officiels » que la ville doit à sa qualité de capitale régionale, de nombreux sites, comme des ateliers ou des magasins d’usines, montrent l’évolution d’arts sans cesse renouvelés au fil du temps. Bien que ces derniers soient assez dispersés, le boulevard Louis Blanc présente, avec ses magasins d’usine, ses ateliers de décor sur porcelaine, ses émailleurs et ses antiquaires, un bel aperçu de ces métiers d’art.

Le Musée national Adrien Dubouché

Fondé en 1845 par un philanthrope qui consacra une partie de sa fortune à enrichir une collection retraçant l’histoire de la porcelaine de Limoges et plus généralement de la céramique, ce musée, devenu national en 1881, est aujourd’hui riche de plus de 12 000 objets.

Le Pavillon de la Porcelaine – Musée Haviland

Manufacture de porcelaine de Limoges depuis plus de 175 ans qui fait perdurer un savoir-faire d’exception.   

Grand admirateur du précieux or blanc du Limousin, David Haviland crée son entreprise en 1842. Elle se spécialise dans la porcelaine de table de décoration, notamment dans les incrustations or à la main.

Le Pavillon de la Porcelaine, est un musée dédié à l'histoire de la porcelaine et un magasin d’usine.

Fondation Bernardaud

Michel Bernardaud crée en 2003 la Fondation d’entreprise Bernardaud afin de mettre en valeur l’intelligence de la main. Elle offre au public un circuit de visite ouvert toute l’année permettant de comprendre l’histoire et la fabrication de la porcelaine. Chaque été, une exposition thématique présente des artistes contemporains utilisant la céramique comme medium et montre ainsi l’étonnante diversité d’œuvres venues du monde entier. Cette fondation révèle la force d’une maison, qui depuis 1863 a fondé sa philosophie autour de trois valeurs : savoir-faire, innovation et créativité.

Musée du four des Casseaux

Le Musée des Casseaux abrite le Four des Casseaux, construit en 1904 et qui, aujourd’hui, est un site Historique et Technique consacré à la porcelaine de Limoges. Ce bâtiment industriel du XIXème siècle retrace les évolutions de la fabrication et témoigne des difficultés et succès dans cette quête de la maîtrise du feu. Ce musée associatif, créé dans les années 1980 de l’union d’industriels passionnés d’histoire et de patrimoine, embarque littéralement ses visiteurs dans un voyage dans le temps. Classé monument historique en 1987 pour son ingéniosité et le symbole humain et industriel qu’il représente, c’est l’unique four rond à flamme renversé encore debout en France.

Lachaniette / Conservatoire des arts et métiers de la porcelaine

Un circuit de visite présente l’histoire complète de la porcelaine de Limoges. Espace de vente, Musée, conseil en collection et expertises, édition et sur-mesure, la passion de trois générations, réunie en un lieu unique.

Medard de Noblat - Manufacture de Limoges depuis 1836

Entre collections tendance et classiques, le magasin de vente propose une vaste gamme de porcelaine blanche, décorée, de premier choix ou déclassée : services de table en blanc et décorés, déjeuners, culinaires, objets décoratifs et articles cadeaux…

Royal Limoges

Depuis 1797, son histoire inclut les plus grand noms de la porcelaine de Limoges : Alluaud, Clèment, Gérard, Dufraisseix, Abbot (origine G.D.A), et Lanternier appartiennent à son patrimoine.

Installée depuis 1816 Faubourg des Casseaux (rue Donzelot aujourd'hui), à quelques pas de la Vienne, elle recevait le bois, combustible des fours, par flottage. La matière première provenait de ses carrières de kaolin et la pâte était préparée dans ses propres moulins.

Aujourd'hui, elle continue à fabriquer sa propre pâte. Ses décors sont imaginés par des cabinets de style ou par les décorateurs de ses propres clients et sont tous exclusifs. Depuis maintenant de nombreuses années une usine ultra-moderne située au Dorat, dans les environs de Limoges, apporte sa technique et son savoir faire en complément des fabrications traditionnelles des Casseaux.

Jacques Pergay

Une manufacture familiale qui crée des porcelaines originales translucides faites entièrement à la main avec délicatesse et passion. 

117 Rue de Nexon,
+33 (0)5.55.31.24.24 

Lien vers l'agenda culturel

Lien vers les festivités commerciales

Musée national Adrien Dubouché
8 bis, place Winston-Churchill - 87000 Limoges
Tél. : 05 55 33 08 50
http://www.musee-adriendubouche.fr/
Consultez les tarifs
Téléchargez les tarifs détaillés des activités

Four des Casseaux
Quai du Port du Naveix / Angle rue V.-Duruy - 87000 Limoges
Tél. : 05 55 33 28 74
www.museedescasseaux.com

Bernardaud - La Manufacture
27, avenue Albert-Thomas - 87000 Limoges
Tél. : 05 55 10 55 91
www.bernardaud.fr

Haviland - le pavillon de la porcelaine
Avenue du Président-Kennedy - Z.I. Magré - 87000 Limoges
Tél. : 05 55 30 21 86
Entrée libre et gratuite
www.haviland-limoges.com

Lachaniette / Conservatoire des arts et métiers de la porcelaine
27, boulevard Louis-Blanc - 87000 Limoges
Tél. : 05 55 34 58 61
du lundi au samedi
10 h-12h/14h-19h
http://www.lachaniette.com/pages/
porcelaines.lachaniette@wanadoo.fr

Medard de Noblat - Manufacture de Limoges depuis 1836  
Zone commerciale de Boisseuil - Le Vigen
A20 - sortie 37 - 87110 LE VIGEN
Tél. : 05 55 06 93 51
Entrée libre et gratuite
www.medarddenoblat.com

Royal Limoges
Quai du Port du Naveix / Angle rue V.-Duruy - 87000 Limoges
Tél. : 05 55 33 27 30
www.royal-limoges.fr