Sport

Morgane Texier

D’apparence fragile, calme et souriante, Morgane Texier sait aussi se montrer tenace, combative, et persévérante lorsqu’elle monte sur un ring. Car ne vous y trompez pas, avec sa silhouette taille mannequin, elle enfile les gants 3 fois par semaine avec la volonté de briller sur les podiums.

Publié le

Étudiante à la faculté de Droit de Limoges, Morgane Texier souhaiterait intégrer le Groupe d’intervention de la Gendarmerie nationale (GIGN).

Elle a choisi sa voie : de quoi surprendre au premier abord, mais pourtant, sa détermination semble sans faille. Plus jeune, parce qu’elle était timide et qu’elle n’avait pas confiance en elle, sa maman l’a incité à faire un sport qui allait lu permettre de s’affirmer.

Elle se souvient de ses premiers entraînements de boxe éducative au Boxing club du Val de l’Aurence, de ce temps où les autres la voyaient comme une frêle jeune fille et se demandaient ce qu’elle faisait ici.

En boxe, la pratique féminine est encore peu développée, si bien que lors des entraînements, elle n’a jamais eu peur de se confronter à des partenaires masculins.

Au fil du temps, elle a pris de l’assurance et a su s’imposer face à ces garçons forcés de reconnaître aujourd’hui, que son direct avant est redoutable. Au début, son entraîneur avait peur pour elle, mais à force de travail, elle a gagné sa confiance.
Comme il le dit lui même, « je ne la ménage pas et elle s’entraîne dur. Même si au début, je ne savais pas bien comment coacher une fille dans un univers d’hommes, Morgane a su me montrer que ça en valait la peine et qu’elle pourrait aller très loin ».

Compétitrice dans la catégorie plume (moins de 57 kilos), depuis 2 ans, elle est en quête de performance et de dépassement.

Loin d’elle l’appréhension de repartir avec un cocard ou de recevoir un mauvais coup, la seule chose qui compte, c’est de faire un beau combat pour le public venu l’encourager.

À ce titre, elle a d’ailleurs remporté en décembre dernier la finale des championnats régionaux face à la championne de France en titre.

Plus jeune, elle a quand même essayé la danse, mais aussi l’équitation, « des sports plutôt considérés comme féminins ». Elle n’a pas été séduite. Pas plus de chance pour le judo qui ne correspondait pas non plus à son envie de repousser ses limites.

Lorsqu’elle a le temps, Morgane prend plaisir à faire du sport, car tout ce qui pourra lui permettre d’atteindre son but est bon à prendre. Alors, lorsqu’on lui demande de combien sont les séries d’abdominaux qu’elle fait pour se détendre, elle répond avec un sourire « une vingtaine ». C’est alors que son entraîneur surenchérit avec malice :
« maintenant ce sera 50 ! ».